Moins c’est plus – bon on est d’accord, littéralement traduit c’est pas terrible. C’est comme traduire une chanson anglaise en français. On essaie pour rigoler ?

« Quand le soleil brille, nous brillons ensemble…

Sache que nous aurons toujours l’un l’autre

Tu peux rester sous mon parapluie. »

Alors tu as trouvé ? Et oui, le refrain Umbrella de Rihanna est quand même moins sexy là non ? Bon on s’égare, on n’est pas en cours d’Anglais là !

Less is more : la définition please!

Le principe du « less is more » c’est se simplifier la vie sans négliger l’aspect qualitatif. Dans la famille butine, c’est tout à fait nous. Telle la PME de la 1ère heure (Partisane du Moindre Effort), par manque de time ou par flemme, on veut un maximum d’efficacité pour un minimum de temps.

La PME c’est une véritable philosophie en fait.  

On peut aussi remplacer le terme par « minimalisme » ou « décroissance cosmétique » .

 mais ça sonne un peu trop austère à notre goût, car bien sûr, on ne parle pas de se dépouiller de tout confort et plaisir.

Le terme minimalisme se retrouve surtout dans le jargon du design et Marie Kondo l’a bien remis au goût du jour. 

On utilise donc moins de produits, de meilleure qualité, multi-usages et multi-bénéfices. Comme on l’avait dit dans un de nos articles précédents – pas besoin d’une crème pour le petit doigt de pied gauche et une autre pour le gros orteil. Après une période d’observation intense des salles de bain des copines, on exagère à peine. 

Ainsi, d’après Que Choisir, on en est à 16 produits cosmétiques utilisés par jour.

Que des avantages

Si comme nous, c’est par manque de time ou par flemme, il y a aussi d’autres avantages : une salle de bain moins encombrée, plus de pépèttes dans les poches, moins de gaspillage en général et donc moins de déchets… Bref des produits bien formulés multi-tâches, c’est tout bénèf pour une routine sans prise de tête.


Tout à l’inverse de ce concept, on a la technique du layering en cosmétique ? C’est la méthode mille-feuilles venue d’Asie qui consiste à se tartiner entre 7 et 10 couches matin ET soir. 

 

Si tu connais ta peau par cœur (déshydratation ou sècheresse ? grasse ou mixte ?), que tu sais décortiquer une liste d’ingrédients et que tu sais comment associer les produits entre eux, alors feu vert ! Il faut rappeler que le layering est un cocktail d’ingrédients actifs.

Mais… c’est déjà trop de conditionnels dans une même phrase pour nous. (baille)😪

Un problème à la fois

Notre peau a un cycle qui lui est propre – le renouvellement cellulaire se fait tous les 21 jours et c’est  la nuit qu’elle se régénère. 

Logiquement, on va la protéger le matin contre les agressions extérieures et on la répare le soir. Par ailleurs, la peau est plus perméable et donc plus réceptive aux soins la nuit.

On target un problème à la fois et on s’y attèle pendant au moins un mois pour que la peau s’y habitue et en tire tous les bénéfices. 

La patience est la mère de toutes les vertus – on le dit et le répète, le produit miracle n’existe pas. C’est comme le papa Noël – on a supposé que nos lecteurs ont plus de 10 ans donc on se le permet hein ? Sinon… oops, désolée !

Sauf en cas de surprises comme les allergies ou irritations, on garde une routine beauté pendant 2 à 3 mois avant de la changer. On peut la changer pour la nouvelle saison, pour s’attaquer à un autre problème ou par envie de tester de nouveaux produits. Mais oui, oui, on a le droit d’avoir envie aussi !

On peut être une folle dingue des nouveautés et pourtant avoir une consommation raisonnée.

Texture, texture, texture…

Le plaisir d’application est la base du « less is more ».

On sort bien évidemment du débat naturel VS synthétique – cf notre article sur le bio. Un ingrédient bien pensé c’est tout d’abord un ingrédient non nocif avec des résultats cliniques d’efficacité et non juste de ressenti. On disait donc : un mix de bons ingrédients enrobé dans une texture fondante et un parfum à tomber, voilà le combo parfait du soin. Moins de perte, plus de plaisir – et tout le monde est content !  

Laisser un commentaire